florenceLa plupart des gens qui sont partis à Florence m’ont avoué n’y être restés pas plus de 2 jours. Je trouve cela vraiment dommage, car on ne peut pas prendre le pouls de Florence sans y séjourner une semaine. Il y a tant à voir, à découvrir, à ressentir !

Florence est la plus magistrale des villes de province, c’est une leçon de grandeur et d’élégance à chaque coin de rue... et dans chaque trattoria.

Le soir de mon arrivée dans cette ville, en été, quand de nombreux restaurant ferment pour congé, je suis allé dîner dans une trattoria à proximité de là où je logeais. Je pénétrai alors dans une salle remplie de longues tables en bois, garnies de bancs. Le restaurant s’apprêtant à fermer pour congé lui aussi, j’étais le dernier client et c’est en baratinant le patron que ce dernier accepta de me servir, à condition que je ne prenne pas de menu mais qu’il me fasse ce qu’il pouvait avec ce qu’il avait sous la main.

J’étais inquiet, mais j’arrivais tard, je ne connaissais absolument pas la ville et je mourrais de faim. J’acceptai l’offre du patron en me disant qu’un plat de pasta chaudes serait de toutes manières un grand réconfort après une journée d’avion.

Il m’apporta une assiette dont j’allais rêver pendant 5 ans : des pâtes aux fleurs de courgette

pates_aux_courgettes 

Au bout de cinq années à me remémorer ce repas comme une des expériences culinaires les plus jubilatoires qui soit, j’ai enfin fait pousser des courgettes dans mon jardin. Et ces dernières poussent avec... des fleurs. J’ai donc pu revivre cette recette et le résultat est...

... tout simplement merveilleux.

 

Pâtes aux fleurs de courgette

Pour 2 personnes qui s’aiment ou qui ne vont pas tarder

  • 250 g de tagliatelles ou linguine
  • 2 petites courgettes fermes et vert foncé
  • 3 fleurs de courgette mâle
  • 1 échalotte
  • 1 gousse d’ail frais
  • 2 cl s. d’huile d’olive
  • 2 cl s. de crème fraîche
  • sel, poivre

 

Couper les courgettes en ruban à l’aide d’une mandoline ou d’un couteau économe. Ces rubans doivent être fins mais rester consistants, un peu croquants. Poser les rubans les uns sur les autres, puis couper au milieu dans la longueur pour en faire des tagliatelles de courgette.

Laver soigneusement sous un filet d’eau les fleurs de courgette, à l’intérieur comme à l’extérieur, et couper la fleur 2 cm au dessus de la tige. Normalement, le pistil devrait choir avec la tige (dans tous les cas, ôter le pistil). Eponger soigneusement avec de l’essuie-tout. Attention, ces fleurs sont extrêmement fragiles. A manipuler avec douceur, donc.

Dans une grande poële, faire chauffer dans l’huile d’olive l’ail écrasé et les rubans de courgette, jusqu’à ce qu’ils s’assouplissent. Retirer du feu avant qu’ils ne deviennent translucides. Dans cette même poële, faire tomber l’échalotte émincée finement (rajouter un peu d’huile si besoin).

Déglacer la poële avec la crème fraîche, donner un coup de bouillon et ajouter les rubans de courgette, ainsi que les fleurs éfilochées avec les doigts. Réduire le feu au maximum et laisser ainsi le temps que les pâtes cuisent (al dente).

Au moment de servir, ajouter une ou deux cuillérées d’eau de cuisson des pâtes dans la crème, délayer et verser sur les pâtes égouttées. Servir avec du parmesan frais rapé à côté.

 

Pour obtenir des fleurs de courgette mâles (et non femelles, la différence est d’importance : les fleurs femelles s’étiolent pour donner naissance à la courgette, les fleurs mâles, non. Elles poussent sur une tige très fine et ne sont d’aucune utilité) sans avoir de potager, les demander une journée à l’avance à son maraîcher favori. La plupart du temps, il les donne, ne sachant quoi en faire. La fleur de courgette étant très fragile, elle se consomme le jour-même de sa coupe et ne se conserve en aucune façon au-delà.